CONNECTEZ-VOUS
Mise à jour le 19. 03. 2018

Valproate et grossesse : de nouveaux risques identifiés

  • Écrit par

Le traitement de la femme épileptique enceinte pose un véritable problème, en effet les risques fœtaux liés aux antiépileptiques au cours des grossesses survenant chez des femmes atteintes d’épilepsie sont connus depuis des décennies. Récemment, l'analyse de plusieurs études en Europe a confirmé le risque accru de troubles neurologiques et de troubles du développement chez des enfants exposés in utero au valproate sodique et dérivés (Dépakine®, Encorate®, Epileptol®, Valpakine®).

S'appuyant sur les recommandations européennes, l’agence française de sécurité du médicament a interdit toute prescription des spécialités à base de valproate et dérivés aux filles, adolescentes, femmes en âge de procréer et femmes enceintes, sauf en cas d’inefficacité ou d’intolérance aux alternatives médicamenteuses.

Par ailleurs, l'agence française recommande que les patientes en âge de procréer ou susceptibles de l'être un jour et actuellement traitées par ces spécialités doivent consulter un médecin spécialiste dans les meilleurs délais (si cela n'a pas déjà été fait), afin qu'il réévalue la nécessité du traitement et qu'il leur fasse signer un accord de soins en cas de maintien du traitement.

Ainsi, il revient à l’équipe officinale de sensibilisé les patientes épileptiques qui sont en âge ou vont être en âge d’être enceintes (en âge de procréer) du risque lié au traitement.