CONNECTEZ-VOUS
Mise à jour le 19. 03. 2018

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures

  • Écrit par

La deuxième étape d'étude française pharmaco-épidémiologiques sur l'exposition au valproate et autres traitements de l'épilepsie et des troubles bipolaires au cours de la grossesse montre que le risque de malformations congénitales majeures (MCM) est globalement multiplié par 4 chez les patientes enceintes traités par valproate pour une épillepsie et par 2 en cas de traitement pour un trouble bipolaire.

Selon les auteurs, entre 2 150 et 4 100 enfants nés vivants et atteints d’au moins une malformation congénitale majeure auraient été exposés in utero au valproate, sur la périodede 1967 à 2016. Les enfants nés de mère traitée par valproate pour une épilepsie sont représentés majoritairement.

Pour les autres anti-épileptiques et les autres médicaments indiqués dans les troubles bipolaires, une augmentation du risque de certaines malformations congénitales est observée mais ce risque apparaît moins marqué qu'avec le valproate. 

La prochaine étape de cette étude vise à évaluer le risque de troubles neuro-développementaux chez des enfants exposés in utero au valproate. Les résultats d'une étude exploratoire en cours sont attendus pour le second semestre 2017.