CONNECTEZ-VOUS
Mise à jour le 1. 01. 2018

HTA et insuffisance rénale chronique : des bénéfices supérieurs aux risques

 

quel objectif tensionnel fixer (12,13 ou 14) avec la mise en place d’un traitement antihypertenseur plus ou moins intensif, pour diminuer le risque de décès d'un patient hypertendu et qui présente une insuffisance rénale chronique (IRC) modérée à sévère.
Des chercheurs ont réalisé une méta-analyse de l’ensemble des essais cliniques randomisés ayant inclus des patients répondant à ces deux critères (HTA et IRC), qui montre qu'un traitement intensif de l'hypertension artérielle chez les patients atteints d’une IRC de stade 3 à 5 est associé à une diminution de 14 % du risque de mortalité.
Cette même analyse confirme aussi que trop intensifier la baisse de la TA augmente en même temps le risque d’aggravation de l’IRC, mais ce risque ne conduit pas à une insuffisance rénale terminale, ce qui est contrebalancé par l’intérêt de la baisse de la mortalité obtenue avec l’intensification du traitement antihypertenseur.

En synthèse 

Le traitement intensif semble donc présenter des bénéfices supérieurs aux risques, même en cas d'IRC et malgré le risque d'une diminution accrue du DFG.

La réduction de la mortalité chez les patients atteints d'IRC est, selon cette méta-analyse, similaire aux pourcentages calculés lors de méta-analyses récentes portant sur l'ensemble des études analysant les effets de la réduction de la TA. Les bénéfices d'une telle réduction sur la mortalité toutes causes confondues ne diffèrent donc pas en fonction de l'IRC, même si le DFG est inférieur à 60 ml/min.

Cette constatation reste cohérente entre les différents essais et analyses menés, et plus la baisse de la TAS est grande, et plus le bénéfice paraît important sur la mortalité.

Au total, ces données rassurent donc sur les avantages d'une réduction intensive de la TA, y compris chez les patients IRC.